Procès de la Maison Qui Pue : RDV à 14h mercredi 24 août

Rédigé par A 4 commentaires
Classé dans : Luttes & solidarité Mots clés : squat

L'attaque à coups de barre et l'attaque par le barreau

Il y a un mois, le 24 juillet 2011, le 74 rue des Caillots (surnommée aussi la Maison Qui Pue, une maison occupée depuis presque quatre ans, était attaquée par un propriétaire tout juste rentré en titre. Accompagné d'hommes de main, cet agent immobilier de profession a essayé de vider le squat, en menaçant physiquement les habitants et en dégradant partiellement la maison. À trois reprises, lui et ses hommes de main sont venus, armés de barres de fer, de gazeuses et de masses pour reprendre la maison. La police, de son côté, a oscillé entre le soutien tacite de leur action et l'intervention molle. C'est grâce à l'aide et à la solidarité de nombreuses personnes, souvent mal-logées, ainsi que des voisins, que la maison est encore habitée.

Un mois après, jour après jour, le propriétaire, Hafid Hafed, semble-t-il toujours agent immobilier pour le réseau Immobilier @ Domicile (I@D), attaque les habitants en justice. Nous sommes assignés en justice ce mercredi 24 août, à 14h, au tribunal d'instance de Montreuil (près de l'église, au métro Mairie de Montreuil). Il a réussi à obtenir du tribunal une procédure d'urgence (un référé d'heure à heure), qui, pense-t-il, devrait lui permettre de prendre la maison tout de suite. Cette procédure est assez rare dans les histoires de squat à Montreuil : il faut pour l'obtenir que le propriétaire justifie d'une situation de grande nécessité. Agent immobilier, il procédait pourtant à plusieurs achats de biens, en même temps que la maison du 74 rue des Caillots : qui oserait croire à sa nécessité ? Qui plus est, il savait bien avant son achat que la maison était occupée : comment peut-il alors arguer que cette occupation vient perturber ses plans alors qu'elle pré-existait à son achat ? Bref, il semble qu'avec cette histoire se voit confirmé la servilité de la police et de la justice à l'égard des propriétaires véreux...

Les habitants du 94 rue des Sorins et du 178 rue Robespierre sont toujours à la rue. D'autres maisons, à Montreuil, sont menacées d'expulsion imminente. Au cœur de la crise du logement qui sévit plus généralement, la police et la justice, aux ordres, continuent leurs basses œuvres : elles expulsent et accélèrent même, quand il le faut, la cadence.

Nous ne nous faisons pas d'illusion quant à l'issue du procès du 74 rue des Caillots. Mais nous voulons que la procédure ne soit soumise à aucune urgence spécifique, nous voulons qu'il échoue à nous expulser rapidement par son attaque par le biais du barreau comme il a déjà échoué à nous sortir avec ses barres.

Nous invitons donc toutes les personnes solidaires à venir assister à ce procès, pour que nous puissions marquer ensemble notre refus de voir ce genre de personnage parvenir aisément à ses fins.

Rendez-vous donc ce mercredi 24 août à 14h au tribunal d'instance de Montreuil, près du métro Mairie de Montreuil.

4 commentaires

#1  - Anar a dit :

Salut,

Nouveau procès pour ce squat du 74, rue des Caillots CE MARDI 13 SEPTEMBRE à partir de 14 heures au Tribunal d'Instance de Montreuil - 62, rue Franklin - 93100 Montreuil - Métro : Mairie de Montreuil - Ligne 9
Soyons nombreux pour les soutenir !

Répondre
#2  - goguy jacques a dit :

La décente de Nicolai aux enfers.
L’homme a deux mains, la droite il vol mon héritage, la gauche ma retraite, avec le soutien des curés sataniques qui me réclame 1306.24 euros à verser à ce débauché effréné, assaisonné d’empoisonnement, une créature dégradée. La difformité morale la plus hideuse, la plus repoussante, la plus complète. Honte aux juges complices de ce malfaiteur.

Association Nationale des Victimes des Erreurs et Dysfonctionnements Judiciaires.
Jacques Goguy délégué ANVEDJ 79.
2, rue de Fief de la Croix.
79330 St-Varent.
Tél. 05 49 67 68 03.
St-Varent le 28 septembre 11.


Tribunal d’Instance.
1, bis Boulevard Joffre.
79301 Bressuire.

Lettre remise au greffe.
Dossier : 2010/A364.




Madame, Monsieur,

J’ai bien reçu votre notification, en recommandé.

Je vous informe qu’une procédure est en cours concernant cette affaire, de plus, j’accuse le sieur Nicolai d’avoir utilisé de la drogue pour me soumettre, afin de me conduire le jeudi 4 mars 1999, chez le notaire Tabourier de Thouars, j’ai signé des documents, inconscient de mes actes.

Après enquête, les documents que j’ai signés concernaient la succession de ma famille allemande, un héritage qui me revient de plein droit, le but de l’opération, spolier la fortune de mon père. Fait puni par l’article 222-38 du Code pénal, de plus l’emploi illicite de stupéfiants est puni de la réclusion criminelle à perpétuité et de 7.500.000 euros d’amende.

J’ai également déposé plainte contre 5 magistrats et 3 procureurs de Bressuire qui étaient en poste à la date des faits ; l’affaire sera jugée à La Rochelle. La demande de Nicolai est infondée, je vous serais reconnaissant de mettre tout en œuvre pour neutraliser ce prédateur, en vertu de l’article 40 du CPP.

La personne qui autoriserait la retenue illégale de ces sommes serait impliquée et complice d’association de malfaiteurs ; article 432-10 du Code Pénal.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes respectueux sentiments.

Jacques Goguy.
je prends la responsabilité de mes écrits. voir sur Internet : jacques goguy.

Répondre
#3  - jacques goguy a dit :

La république est morte lâchement assassinée par des politiques corrompus, des juges complices, et une administration fiscale à la solde du pouvoir, ils volent le peuple.
La mafia élyséenne est en place, ces crapules ont ruiné la France à leur profit, Vae victis !
Je croyais que les lois étaient faites pour secourir les victimes, et non les coupables. Erreur les lois sont faites pour les voyous, les juges se protègent.
C’est une hypocrisie que de ne point vouloir considérer la corruption comme un des maux du siècle, rarement tous ceux dont on prononce le nom à tort ou à raison sont atteints, car le secret du corrupteur est souvent de viser si haut que la révélation des complices menace les institutions mêmes, si l’on décide de sévir.
Même les membres représentant le gouvernement, à la tête des départements cautionnent le crime, l’injustice, la destruction de la cellule humaine, ces créatures n’ont aucune morale, c’est une véritable industrie criminelle.
Nous arrivons à la fin de ce monde satanique, les coupables seront punis pour tous leurs crimes.

Association Nationale des Victimes des Erreurs et Dysfonctionnements Judiciaires.
Jacques Goguy délégué ANVEDJ 79.
2, rue de Fief de la Croix.
79330 St-Varent.
Tél. 05 49 67 68 03.
St-Varent le 19 janvier 2012.

Madame la Préfète.
Préfecture des Deux-Sèvres.
4, rue Dugesclin.
79099 Niort.

Lettre en recommandé avec avis de réception.

Madame la Préfète,

Je me suis présenté le 11 janvier 2012 à la Préfecture de Niort, pour exprimer ma colère contre l’administration judiciaire ; cela devient intolérable, que ces fonctionnaires laissent en liberté des individus qui me droguaient pour voler mes biens.

J’ai remis à l’accueil deux courriers pour vous informer de la complicité des juges qui étaient en poste à Bressuire, ces juges sont responsables de l’effondrement de l’industrie française depuis 1999, je les accuse de corruption, de détournement de fonds, d’entraves à la saisine de la justice. Ces faits sont punis par le Code pénal.

Article 434-7-1 Le fait, par un magistrat, toute autre personne siégeant dans une formation juridictionnelle ou toute autorité administrative, de dénier de rendre la justice après en avoir été requis et de persévérer dans son déni après avertissement ou injonction de ses supérieurs est puni de 7500 euros d'amende et de l'interdiction de l'exercice des fonctions publiques pour une durée de cinq à vingt ans.

Spolié de mes biens c’est une honte ; de plus, ces voyous volent ma retraite, avec la complicité des magistrats. Ces maudits ont pour mission de protéger les victimes, de punir les criminels, Suire, Guillot et Nicolai, mon ex-femme, Brunet elle porte crapuleusement le nom de Goguy, Éric Goguy un escroc en poste au Japon chez Lafarge (une partie de l’argent dérobé est placé dans cette industrie, que j’accuse de recel, par les administrateurs de cette firme, l’argent du crime n’a pas d’odeur, le ciment créée des liens) Gérard Renault bijoutier et voleur , responsable de la fermeture de l’usine Moulinex.

Il y a bien une volonté occulte de nuire aux victimes ; par la profondeur de ces âmes sordides, ce que louait conspue, se font une gloire secrète de la réussite de leur ignoble forfait, j’élève une série de protestations indignées, contre ces prévaricateurs.

Ces alchimistes du droit vous donnent une illusion de justice, ce sont des pervers, qui ont acquis le goût de l’hypocrisie, du vice, de la jouissance à faire souffrir les victimes, ils ont un sens de l’organisation et du détail, d’une parfaite malhonnêteté, il s’agit d’utiliser toutes les faiblesses humaines.

Les membres de cette caste ont un vice héréditaire, ils sont sémantiquement homogènes dans leurs sottises malfaisantes, les plus fanatiques sont à la recherche d’influence occultes. Pour ces gens ici bas rien n’est réel pour les plaisirs maudits.

Madame la préfète, la preuve n’est plus à faire, je suis victime d’une bande organisée ; des voyous de la pire espèce, les fonctionnaires de l’administration judiciaire impliqués dans ce dossier vous imposent de les retirer de leurs fonctions, ces malfaiteurs doivent être jugés immédiatement

Guillot, le dealer local, l’abysse de ses nuisances est insondables, Nicolai et feu Boutet mon ex-femme me droguaient, je peux le prouver ; ces bandits ont détruit ma santé, de graves problèmes cardiaques m’ont conduit au CHU de Poitiers en 2009, pour quatre pontages cardiaques, liés au traitement inhumain de ces gangsters.

La préfecture m’a obligé à passer une visite pour mon permis de conduire malgré les attestations de mon médecin traitant, un professeur de Poitiers. Il y a bien un trafic d’influence. Le crime est tout puissant dans ce pays. Votre intervention a été rapide pour me faire passer cet examen, il n’en est pas de même pour l’application des lois, le crime doit être autorisé dans les Deux-Sèvres.

Mon père m’a reconnu en mairies de Thouars et d’Airvault, cette reconnaissance a été dissimulée pour protéger ces crapules, Madame Haie avait trouvé ce document ; donc il existe ; votre devoir est de me le remettre dans les plus brefs délais, suite à mes nombreuses demandes.

Ces voyous devraient être sous les verrous. J’accuse la juge Cormery d’avoir effectué une retenue illégale de 2141.21 euros sur ma pension de retraite ; c’est du vol, cette retenue à été versée à des escrocs ; Suire, retraité de la police et son compère Guillot, flic ripou, le plus grand délinquant de cette administration, je n’ai pas de mots assez puissants pour qualifier ce monstre ; ces bandits se donnent le TITRE de MAÎTRES, ils se disent également en service, ces déclarations mensongères annulent cette retenue. Les juges, les personnes qui ont autorisé cette rançon sont punis par l’article 313-2 du Code pénal.

De plus, j’ai été condamné 10 fois pour avoir écrit la vérité sur Internet, ce qui est interdit par la loi. Guillot, ne se prive pas de me traîner dans la boue, en écrivant que j’étais un malade mental, Guillot en connaît bien la raison, il me droguait à forte dose, pour cette raison mes facultés mentales étaient altérées par ces produits. Ce bandit à souillé la mémoire de ma défunte mère, le souvenir de mon père, de ma famille allemande. Dans le but de me dépouiller de mes biens, de me faire disparaître. Cette racaille est en liberté, les margoulins de prétoires me rançonnent.

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 (cadavre du bébé mort-né) la loi est la même pour tous. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis. Les articles 33 à 35 de la déclaration des droits de l’homme de 1793, ajoute des précisions : il y a oppression lorsque la loi est violée par des fonctionnaires publics dans l’application à des faits individuels.

Il y a oppression lorsque les actes arbitraires violent les droits des citoyens contre l’expression de la loi et la résistance (légitime défense) est le plus sacré des droits et le plus indispensable des droits. C’est la définition constitutionnelle de la légitime défense politique contre les crimes des forfaitures massives des intouchables magistrats prévaricateurs.

Justice ne laisse pas échapper ces bandits ; afin de terrasser à jamais ces monstres pour leurs crimes, idem pour les docteurs de prétoires tout noirs d’encre. Article 461-5 du Code pénal. Le fait de se livrer à des traitements humiliants et dégradants sur des personnes de la partie adverse et qui porte gravement atteinte à leur intégrité physique ou psychique est puni de quinze ans de réclusion criminelle.

Sommes-nous dans un monde civilisé… ?

Je vous serais très reconnaissant de mettre tout en œuvre, pour neutraliser cette équipe de brigands, que justice me soit rendue dans les plus brefs délais.

Dans l’attente, veuillez agréer, Madame la Préfète, l’expression de mes respectueux sentiments.

Jacques Goguy.

Répondre
#4  - 6r a dit :

@jacques goguy
On s'en branle, qu'est-ce que ça vient foutre sur ce site ! Pourquoi aller mettre ça sur ce site, qu'est-ce que ça vous rapporte ?

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est le troisième caractère du mot v8ru0b4 ?

Fil RSS des commentaires de cet article