Misère radicale de la gauche

Rédigé par A Aucun commentaire
Classé dans : Articles Mots clés : aucun

Remarques sur le film DSK, Hollande, etc. en particulier et sur la gauche prétendue radicale en général

Depuis une vingtaine d’années, la critique des médias occupe une place importante au sein de la gauche prétendue radicale1. Un nouvel opus du genre, DSK, Hollande, etc. de Pierre Carles, Aurore Van Opstal et Julien Brygo, ayant pour thème le traitement médiatique de la campagne présidentielle de 2012 en France, est visible depuis peu2. Le point de vue de la critique des médias, et ce film n’y échappe pas, n’est bien sûr pas neutre, il est étroitement lié à ce que l’on appellera ici la gauche étatiste, et partage ses présupposés critiques dans des domaines dépassant largement la seule critique des médias. C’est tout naturellement que ces présupposés se retrouvent dans le film susmentionné ; en prenant celui-ci pour point de départ, je voudrais souligner certaines limites du discours prétendu critique de la gauche étatiste.

Lire la suite de Misère radicale de la gauche

Réponse à Roger Dadoun

Rédigé par A Aucun commentaire
Classé dans : Articles Mots clés : racisme

Antisémitisme ou l'in-humanisme : exterminer l'humain dans le juif, texte paru dans le n° 1276, 11-17 avril 2002, du Monde libertaire.

L'article de Roger Dadoun, que j'ai lu dans un premier temps avec un vif intérêt, m'a ensuite plongée dans une profonde perplexité. Sur la critique de l'antisémitisme, rien à dire, je souscris à fond. L'Holocauste, c'est l'horreur ultime : évident, mille fois répété, mais on ne le dira jamais assez. Là où j'ai plus de mal à suivre, c'est d'abord sur ces définitions d'un racisme qui serait humain, par opposition à un autre (l'antisémitisme) qui serait in-humain, contre-humain, anti-humain.

Lire la suite de Réponse à Roger Dadoun

Casse-toi, pauvre !

Rédigé par A Aucun commentaire
Classé dans : Articles Mots clés : logement
Ne lasissons pas le quartier aux riches

En langage administratif, la chasse aux pauvres s'appelle PNRQAD, avec N pour national : le Programme est appliqué par les organes de l'État (préfectures, régions, départements, municipalités), coordonné par ses services (agences d'urbanisme, services sociaux, etc.), en association avec le Capital (promoteurs, sociétés immobilières, groupes financiers, investisseurs) et ses sous-traitants (architectes, proprios, agences de communication, etc.) Le but : requalifier le PPPI (Parc privé potentiellement indigne), déterminé à partir de données croisées extraites de quatre fichiers (taxe d'habitation, impôt sur le revenu, propriétaires et propriétés). La méthode est appuyée sur l'idée qu'un logement vétuste dont l'occupant dispose de ressources modestes a une probabilité plus grande d'être indigne.1

Lire la suite de Casse-toi, pauvre !

Fil RSS des articles de cette catégorie