Appel public à manifester devant le C.R.A. de Vincennes

Rédigé par inconnu Aucun commentaire
Classé dans : Luttes & solidarité Mots clés : sans-papiers, police, prison

Au C.R.A. de Vincennes, la police tue, la police assassine

Vendredi 26 mai, un retenu du Centre de rétention administrative (C.R.A.) de Vincennes a été retrouvé mort au petit matin par son compagnon de cellule. Il s’était fait tabasser la veille et l’avant-veille par les flics.

« Cela faisait une semaine qu’il était malade, qu’il demandait à aller à l’hôpital. L’infirmerie refusait et lui disait juste de prendre des dolipranes. Ici c’est comme ça. T’es jamais bien soigné. Pour voir un médecin, t’es obligé de gueuler, de te mettre en grève de la faim », explique un retenu.

« Les keufs l’ont tapé, tapé. Ils l’ont mis à l’isolement et là tu sais comment ça se passe. Il n’y a pas de caméra et les flics te frappent, te frappent… », poursuit-il.

Les flics l’ont ensuite ramené dans sa chambre jeudi. « Le soir, il avait du mal à respirer. Il me disait qu’il allait mourir. Il avait du mal à manger car ils lui ont cassé des dents. J’ai été à l’infirmerie pour lui, mais ils ne se sont pas déplacés, ils n’ont pas voulu venir le voir. Cela faisait un mois que je le connaissais, on s’entendait bien », raconte un autre retenu du C.R.A.

Les pompiers, dont l’accès au centre est régulièrement empêché par les flics, n’ont pas réussi à le réanimer. Les flics ont pris ses affaires, son téléphone et commencé à dire qu’il était mort d’une overdose. « Ils vont tout faire pour faire croire que c’est pas à cause d’eux. Mais nous on sait ce qui s’est passé », explique un autre retenu. Dans ce qui est l’un des plus grands centres de rétention de métropole, l’impunité des keufs est telle qu’ils ont ensuite continué à provoquer les retenus. « Ce matin, nous on pleurait et la police rigolait. »

Quant à l’Assfam (Association service social familial migrants), l’association payée par l’État pour assurer un semblant d’accès au droit et justifier ses pratiques d’enfermement, elle nous a d’abord caché le décès en n’étant comme d’hab’ « au courant de rien ». Même rengaine du côté de l’infirmerie du C.R.A., à qui nous avons régulièrement affaire pour de nombreux refus d’accès aux soins et de violences médicales.

La nouvelle de cette mort s’est rapidement propagée dans tout le C.R.A. Après ceux du bâtiment 1, ce sont les retenus des bâtiments 2A et 2B qui se sont immédiatement mis en grève de la faim. En fin d’après midi, des affrontements ont eu lieu entre les retenus du 2B et la police. Plusieurs personnes ont été blessées par les keufs, quatre ont été emmenées à l’isolement et deux ont décidé de se mutiler.

Un premier rassemblement de soutien a eu lieu vendredi en fin de journée. Environ 70 personnes ont gueulé contre les C.R.A., la Paf (police aux frontières) et les keufs en défilant le long des bâtiments afin de donner de la force aux personnes enfermées. De l’autre côté des murs et des barbelés, ça criait aussi.

Puis dans la nuit des tags « Vengeance pour M, tué par les flics au C.R.A. de Vincennes », « C.R.A. Assassin », « Vincennes – Plaisir, C.R.A. en feu, keufs au milieu » ont fleuri sur les murs autour du C.R.A. de Plaisir.

Ce n’est pas le premier mort en C.R.A., et il y en aura d’autres tant que les C.R.A. existeront.

Tous les jours les retenu·es en C.R.A. subissent la violence de l’enfermement et le stress d’une probable expulsion. Tous les jours, ils et elles subissent le racisme et les violences psychologiques, physiques et sexuelles des flics. Tous les jours ils et elles sont maltraité·es par l’équipe médicale.

Que brûlent les C.R.A., les frontières et la Paf avec.

RDV À 15H30 DIMANCHE 28 MAI DEVANT LE R.E.R. DE JOINVILLE-LE-PONT pour soutenir la révolte

RÉUNION PUBLIQUE de l’Assemblée contre les C.R.A. d’île-de-france, le mercredi 31 mai à 19h, place de la réunion à Paris.

À bas les C.R.A. !

Écrire un commentaire

Quelle est le septième caractère du mot afqyn4 ?

Fil RSS des commentaires de cet article